Toutes les citations de Bernard Pivot

76 citations de Bernard Pivot

Citations de Bernard Pivot


Vous cherchez une citation de Bernard Pivot ?
Nous vous proposons ci-dessous plus de 76 citations de Bernard Pivot.


A la liberté de provocation, répond la liberté d'objection.

Bernard Pivot

A la télévision, on ne peut être autrement que ce qu'on est profondément.

Bernard Pivot

A la télévision, tout mot doit être utile.

Bernard Pivot

A la tête de l'auteur, le téléspectateur ne juge pas le livre, mais de son intérêt à l'acheter et à le lire.

Bernard Pivot

Au festin de la lecture, on ne mange pas tous les livres avec le même appétit, au même rythme : avec celui-ci on pignoche et celui-là on l'engloutit.

Bernard Pivot

Aujourd'hui encore, le destin de la femme, dans la plupart des familles, c'est de ne pas bouger.

Bernard Pivot

Avec une télécommande et une chasse d'eau, l'homme est un animal sédentaire qui vit heureux.

Bernard Pivot

Ce que j'ai gagné en expérience, en métier, ne l'ai-je pas perdu en spontanéité ?

Bernard Pivot

Comment croire à une déclaration d'amour dans un mail si le o et le e de coeur ne sont pas entrelacés?

Bernard Pivot

Commercialement, la culture est pénalisante.

Bernard Pivot

Depuis toujours, surtout en france où l'on a couronné voltaire, enterré hugo comme un roi, canonisé proust et enrôlé gide, camus, malraux, sartre et mauriac comme directeurs de conscience, le respect admiratif pour l'écrivain est resté vivace.

Bernard Pivot

Dieu est-il gaucher ou droitier ?

Bernard Pivot

Dire à un écrivain que son dernier livre est décevant n'est attentatoire ni à la politesse, ni au plaisir de lire. cela apporte au contraire, du crédit aux éloges.

Bernard Pivot

Entre auteurs et lecteurs, il y a souvent plus que des affinités : des complicités, des fringales.

Bernard Pivot

Groupés, serrés les uns contre les autres, les livres ont la stabilité et la persévérance des menhirs.

Bernard Pivot

Il en est de la culture à la télévision comme des habitants des villes : rejetée à la périphérie.

Bernard Pivot

Il faut se garder de considérer un livre moins important que son auteur.

Bernard Pivot

Il n'est pas impossible que la prolifération des automobiles entraîne un accroissement de la lecture.

Bernard Pivot

Il n'y a pas d'émission quelle qu'elle soit, qui ne soit tributaire de la santé de sa chaîne. la star, c'est la chaîne.

Bernard Pivot

Il n'y a plus d'auteurs au théâtre ; s'il y en avait, cela se saurait, ils seraient publiés.

Bernard Pivot

Il y a antinomie entre les lignes hertziennes et les lignes du poète : comment la télévision, qui est lumière, éclat, mise en scène, évidence, peut-elle faire exprimer le secret d'une parole, l'écart d'une sensibilité, le risque du cri ou du chuchotement

Bernard Pivot

Il y a toujours quelque chose à retenir d'un médiocre match de football : une talonnade, un tir... on lit un livre raté avec la conviction que le suivant sera meilleur.

Bernard Pivot

Je connais peu d'humiliations qui résistent à un nom sur une liste de best-sellers.

Bernard Pivot

La bonne attachée de presse est celle qui sait se réjouir d'une acceptation et ne pas se froisser d'un refus.

Bernard Pivot

La culture classique reste une valeur essentielle, mais la plus-value qu'on en retire, pour soi et aux yeux des autres, a baissé à la bourse de l'humanisme.

Bernard Pivot

La désertion des auteurs, de notre petit écran, serait tout bénéfice pour la télévision bas de gamme et la propagation de l'inculture.

Bernard Pivot

La flânerie est-elle une perte de temps ?

Bernard Pivot

La quantité de livres est inversement proportionnelle à leur qualité.

Bernard Pivot

La rêverie vagabonde est nécessaire à une bonne hygiène de vie, à l'équilibre de l'homme dans la bourrasque quotidienne.

Bernard Pivot

La télévision ne produit pas de stars. elle porte momentanément au pinacle de la notoriété, des journalistes et des animateurs. que ces vedettes quittent leur emploi, elles sont vite oubliées.

Bernard Pivot

La télévision peut être un impitoyable neuroleptique et un puissant somnifère.

Bernard Pivot

Le chic, la classe, l'élégance, le chien et même le peps, on ne les a pas par comparaison, on les a ou on ne les a pas, ou plutôt, on ne vous les reconnaît pas.

Bernard Pivot

Le culte de la beauté et de la performance, développé, sublimé notamment dans la publicité, réunit dans les pays occidentaux plus de fidèles que toutes les religions.

Bernard Pivot

Le divertissement pouvant être vu par tous, rassemble la famille, tandis que la culture, rejetée par certains, la divise.

Bernard Pivot

Le e de femmes se prononçant a, il comprit, dès l'école, qu'avec les femmes ce serait compliqué.

Bernard Pivot

Le journalisme est le règne de l'éphémère et du volatil.

Bernard Pivot

Le journalisme, tel que je le conçois, ne passe pas par le beau, le profond, le durable.

Bernard Pivot

Le journaliste est un interprète de la curiosité publique.

Bernard Pivot

Le journaliste ne travaille pas continuellement dans l'exceptionnel : il doit avoir la modestie de se frotter au tout venant de l'actualité en espérant que les occasions de s'enthousiasmer seront plus nombreuses que celles de râler.

Bernard Pivot

Le livre est surtout représenté par son auteur, son géniteur. c'est un peu comme un père et son enfant, ils se tiennent par la main.

Bernard Pivot

Le monde ne se révèle plus au zappeur qu'en pointillés. il fabrique chaque soir des puzzles dont il ne pourra jamais ordonner les pièces.

Bernard Pivot

Le premier irrespect qu'on doit à la culture, surtout à la télévision, c'est l'humour.

Bernard Pivot

Le public qui aime les livres est restreint, mais ferme dans ses choix, et courageux dans ses curiosités.

Bernard Pivot

Le tgv, trop rapide, est un mauvais coup porté au livre.

Bernard Pivot

Le zapping est une incitation fébrile et sournoise à exiger davantage des autres : disponibilité immédiate, obéissance, comme à la télé, au doigt et à l'oeil.

Bernard Pivot

Le zapping, c'est à domicile et à volonté, le pouvoir absolu : régal des petits chefs, joujou des beaufs, revanche pour les humiliés, les sans-grade.

Bernard Pivot

Les bonnes manières, c'est le prétexte de ceux qui voudraient en avoir de mauvaises de temps en temps.

Bernard Pivot

Les bonnes questions sont celles qui donnent aux lecteurs ou aux auditeurs, la vivifiante impression qu'à votre place, il les auraient aussi posées.

Bernard Pivot

Les mots en ont toujours un pour rire.

Bernard Pivot

Les tweets sont des télégrammes décachetés.

Bernard Pivot

L'idée vous vient-elle de vous séparer d'un livre, qu'il vous fiche mauvaise conscience !

Bernard Pivot

L'indépendance, c'est d'abord une question de caractère, certains ont les tendons fragiles, d'autres le foie ou le sommeil et d'autres encore, le caractère.

Bernard Pivot

Malheur aux naïfs qui croient que zapper c'est vivre et qu'en conséquence vivre c'est zapper...

Bernard Pivot

Malheureusement, à vouloir être partout, le zappeur n'est plus nulle part. il sonde, saute, a la durée, il préfère le va-et-vient ; à la fidélité, le vagabondage ; à la connaissance, les flashes.

Bernard Pivot

Montebourger: dire le contraire de son chef.

Bernard Pivot

N'est-il pas dans la nature de la poésie d'être et de rester souterraine ?

Bernard Pivot

N'y a-t-il pas dans la mentalité des gens, même, surtout chez ceux qui ne lisent pas, la croyance que le livre est sacré ?

Bernard Pivot

On accorde à l'écrivain, un crédit d'intelligence et de sagesse dont seul le grand médecin peut se prévaloir.

Bernard Pivot

On ne jette pas un livre, on ne le brûle pas, on ne l'abîme pas, on en prend soin, on le range, on en est fier.

Bernard Pivot

On ne peut pas "poser" une question car il est dans la nature de celle-ci d'être volatile et volubile et dans son rôle de frapper et de rebondir.

Bernard Pivot

Quand c'est un métier, lire exige des yeux et de l'esprit une grande disponibilité.

Bernard Pivot

Quand les livres sont sympas, ils remportent - haut la main - sur toute autre créature, le titre de meilleur ami de l'homme.

Bernard Pivot

Quand on est convenablement payé de ses efforts, il n'y a nul héroïsme à ne pas palper boni, bénefs et bakchichs.

Bernard Pivot

Qui n'a pas connu la passion ne sait pas faire la différence entre la fièvre, le vertige, l'ivresse et l'embrasement.

Bernard Pivot

Refuser la liberté d'objection, au nom de la liberté est une pitrerie ou un sophisme ridicule.

Bernard Pivot

Rien ne surpasse l'écrit dans son commentaire sur l'écrit, mais toute maladroite, toute superficielle qu'elle est, la parole ne constitue-t-elle pas l'accès le plus commode et le plus efficace au texte ?

Bernard Pivot

Si un écrivain est couronné, encensé, il considère que c'est la juste contrepartie de son talent, s'il est ignoré de la critique, dédaigné par le public, il en tient l'attachée de presse pour principale responsable.

Bernard Pivot

Snober ou moquer un média aussi puissant que la télévision, aussi présent et aussi répandu relève d'un caprice de l'esprit ou de sa démission.

Bernard Pivot

Tout français appartient, officiellement ou de coeur et d'esprit, à une minorité qui se désole de ne pas avoir accès au petit écran.

Bernard Pivot

Tout travail de longue haleine, répétitif, suppose l'ambition d'être toujours meilleur.

Bernard Pivot

Un critique littéraire, c'est une mémoire livresque considérable, plus une culture tous azimuts, plus l'esprit de découverte, plus un fort pouvoir d'analyse, plus un vrai talent d'écrivain.

Bernard Pivot

Un intellectuel inconscient ou démissionnaire n'est plus qu'un pauvre type.

Bernard Pivot

Une bibliothèque est fondée sur le double-registre : "j'ai lu et aimé - je relirai", "j'ai appris - j'aurai besoin", "j'ai annoté et souligné - je profiterai du travail déjà fait".

Bernard Pivot

Une des raisons pour lesquelles les jeunes lisent de moins en moins, c'est l'inaptitude de l'écrit à se prêter aux pratiques du zapping.

Bernard Pivot

Une ou deux phrases, quelques adjectifs, un compliment spontané, c'est de la critique ou du bouche à oreille ?

Bernard Pivot

Vieux rêve de l'homme, la conquête de l'ubiquité repose dans un petit boîtier à portée de la main : la télécommande.

Bernard Pivot