Faire amende honorable

Faire amende honorable

Expression :
Faire amende honorable


L’expression « faire amende honorable » signifie que l’on reconnait ses torts ou que l’on demande publiquement pardon pour une faute commise.

Que veut dire Faire amende honorable en français ?


« Faire amende honorable » est une autre expression française encore très utilisée à l’heure actuelle mais peut-être vous demandez vous ce qu’elle signifie ou quelle est son origine. C’est pour ça que nous sommes là ! Nous vous avons écrit cet article afin que vous puissiez connaître non seulement la signification mais aussi l’origine et avoir quelques exemples qui pourraient vous aider à mieux comprendre l’expression.
Que signifie « faire amende honorable » et d’où cette expression française vient-elle ?

L’expression « faire amende honorable » signifie que l’on reconnait ses torts ou que l’on demande publiquement pardon pour une faute commise.

Quelle est l'origine de cette expression française ?


Cette expression voit le jour au XVIème siècle, bien que l’on puisse voir ses origines au XIIème siècle déjà : le mot « amende » vient du verbe « amender », qui à cette époque signifiait « la réparation d’un tort », souvent grave. Quant au mot « honorable », il se rapporte à l’honneur de la personne.
L’amende honorable, à l’opposé de l’amende profitable (une somme d’argent à payer), était une peine lourde et infamante car elle consistait à s’excuser, à demander pardon en public, ce qui signifiait que le condamné (parfois condamné à mort aussi) se voyait privé de son honneur par cette peine publique.
Si à l’époque on parlait de fautes grave lorsque l’on évoquait l’amende honorable, on parle maintenant de celle-ci pour de simples excuses.
Une série d’exemple de l’expression « faire amende honorable »

Et enfin, voici une série d’exemples pour vous aider à la compréhension de l’expression « faire amende honorable » :

Exemple N°1 :

« Je tiens toutefois à souligner que faire amende honorable ne donne aucun droit à faire du mal à autrui », ici il faut comprendre que demander pardon, même publiquement, ne donnera jamais droit à faire du mal à quelqu’un.

Exemple N°2 :

« Elle s’abaissa jusqu’à lui faire, en ma présence, amende honorable. » François Mauriac – La Pharisienne – Grasset – 1941 La personne concernée a demandé pardon en public ou a reconnu ses torts en public, même si cela la privait de son honneur.

Exemple N°3 :

« Haider, qui n'a jamais fait amende honorable pour ses dérapages passés ni abjuré ses anciennes sympathies pour le nazisme, s'était encore fait admonester la semaine dernière par le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) pour avoir exilé des demandeurs d'asile dans un centre isolé au milieu des alpages. » Libération - Article du 11 octobre 2008 sur le décès de Jörg Haider Ici, on comprend qu’il n’a jamais voulu reconnaître ses fautes passées


Les + populaires


Mardi 18 février 2020 | Esplik.com